Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Le Venezuela en chute libre ! (par Jacques Carbou)

9 Décembre 2014, 08:15am

Publié par Thomas Joly

Il y a un an, le président Maduro demandait les pleins pouvoirs pour lutter contre ce qu’il appelait une (imaginaire) « guerre économique » et lutter contre la corruption. Après douze mois, force est de constater le double échec de Nicolás Maduro : la corruption continue de plus belle. L’ONG Transparency International vient de publier son classement annuel et le Venezuela se trouve à la place 161 sur 174 pays de l’indice de perception de la corruption et le plus corrompu d’Amérique latine, selon le même indice.

La crise économique se poursuit : le Venezuela est en récession. L’inflation atteint 70 % et certains analystes estiment qu’elle pourrait dépasser 100 % en 2015. Maduro a annoncé une réduction des dépenses publiques pour l’an prochain. La baisse de la production de pétrole et la chute des cours a diminué les rentrées en dollars pour payer les importations de produits, d’où les pénuries.

Pourquoi ne trouve-t-on pas de lait pasteurisé au Venezuela ? Le gouvernement a imposé le prix de vente du litre à 18 bolivars : or, les producteurs de lait perdent de l’argent à moins de 32 bolivars. L’essentiel de la production laitière part en fromages dont les prix ne sont pas imposés. Le lait en poudre, importé, est aussi quasiment inexistant dans les supermarchés. Maduro veut faire croire que les magasins sont vides parce que les spéculateurs vont vendre le lait à l’étranger.

La contraction du PIB sera encore plus forte qu’en 2014. La Banque centrale n’a plus de contrôle sur la monnaie du pays et ne pourra empêcher une nouvelle dévaluation au début de l’année 2015. La dégradation de l’emploi et l’augmentation de la pauvreté laissent prévoir un climat social lourd. Le salaire minimum au Venezuela est un des plus bas d’Amérique du Sud, malgré l’augmentation de 15 % décrétée par Maduro. Il est à peine supérieur à celui de Cuba (où les habitants survivent avec 16 euros par mois contre 26,50 euros au Venezuela, au cours du dollar du marché noir).

Dans le même temps, Maduro avait décidé d’augmenter de 45 % le salaire de base des militaires. Il faut dire que le mécontentement s’accroît dans les forces armées. L’unité de façade du régime civilo-militaire est en train de se fissurer. Maduro a perdu le soutien des milices bolivariennes, le 7 octobre, quand la police a tué le leader José Odreman et 5 autres membres des collectifs qui soutenaient le gouvernement dans la répression des étudiants. Ces milices ont demandé et obtenu le départ du ministre de l’Intérieur, le général Rodríguez Torres. Il fallait bien essayer de contenter les militaires par des cadeaux salariaux.

En revanche, la répression fonctionne bien au Venezuela. Le dirigeant d’opposition Leopoldo López est emprisonné depuis plus de 9 mois en attente d’un jugement toujours différé. María Corina Machado vient d’être accusée de conspiration et elle risque 18 ans de prison. Attaquer l’opposition et l’accuser de tous les maux est le seul moyen pour le gouvernement de Maduro de faire oublier la situation difficile dans laquelle vit la population vénézuélienne.

Source

Commenter cet article