Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Brésil : l’effroyable témoignage d’un assassin revendiquant le meurtre raciste de 37 femme blanches

15 Décembre 2014, 09:04am

Publié par Thomas Joly

Sailson José das Graças, 26 ans, a été arrêté à Nova Iguaçu, une ville de plus d’un million d’habitants à une quarantaine de kilomètres de Rio de Janeiro. Il venait d’assassiner une femme, une Blanche. Elle serait selon ses aveux sa 42e victime, la 37e femme blanche qu’il a assassinée. Il a revendiqué le meurtre également de trois hommes et d’une enfant de deux ans, massacrée après qu’il eut tué sa mère.

« J’observai la victime, je l’étudiai. Je pouvais, selon la configuration du lieu, attendre un mois, parfois une semaine. Je voulais savoir comme elle vivait, comment état sa famille ; si elle sortait, je jetais un œil dans la maison, pour l’étudier. Dans les premières heures de la matinée, j’attendais à une brèche dans la maison, et j’en profitais, très facilement.

Je m’arrêtais dans une boulangerie ou dans un square, lisant un journal. Je regardais une femme et je me disais : “c’est celle-là”.
Je la suivais jusqu’à chez elle, mais je n’ai jamais violé personne. Les femmes devaient être blanches, pas noires, à cause de ma propre couleur.
J’éprouvais du plaisir quand elles se débattaient, criaient, me griffaient. Je pensais que j’étais fou, parfois normal.

La première femme que j’ai tuée, je l’ai étranglée avec mes mains. J’ai ressenti du plaisir, j’ai aimé ça. J’ai ressenti un désir très fort. J’ai déjà tué 38 femmes, je suis dépendant.

Quand je ne le faisais pas [tuer], je devenais nerveux, je faisais les cent pas dans la maison. Et quand je le faisais, je redevenais calme. Je faisais une victime, et je pouvais rester deux mois sans le faire, ou trois. J’étais bien. Je pensais juste à celle que je venais de tuer. Après, je repartais en chasse.

Je n’ai pas tué en me préoccupant de la prison. J’ai tout fait bien, parce que j’aimais vraiment faire cela. J’étais particulièrement préoccupé à propos des empreintes digitales, ou s’il y avait des caméras. Je ne prenais aucun papier avec moi pour que je ne puisse laisser aucun indice à la police.

J’ai commencé par voler des petites choses, faire de petits braquages. Et en grandissant, j’ai commencé à avoir d’autres pensées. Ma pensée a commencé à changer, vous comprenez ? Du vol, j’ai commencé à penser à tuer. À l’âge de 15 ans, je volais des sacs à main. Après cela, à 17 ans, j’ai tué une première personne. Cela m’a donné de l’adrénaline, la première femme. Et j’ai pensé à la prison. Serais-je pris ? Les choses se sont bien passées. Alors j’ai commencé à penser à en faire plus et plus. Et j’ai aimé et commencé à m’habituer à cela.

Je n’ai aucun remords, non. Pour moi ce que j’ai fait et fait. Je ne veux rien changer. Je n’ai aucun regret. Si je passe 10, 15, ou 20 ans en prison, je referai la même chose [en sortant]. C’est ma volonté, il n’y a pas d’autre chemin. Je sors, je choisis ma “femme”, la femme que j’aime choisir, et si je pense que cela doit être, cela arrive »a-t-il déjà prévenu, selon des propos rapportés par une source policière.

Lire la suite

Commenter cet article

Rescapé de BEO 15/12/2014 14:06

Bien voyons ,ce n'est pas du racisme anti blanc CA !!!...Et vous voyez bien que ce n'est pas un extrémiste de droite madame Taubira ..Un tableau de chasse de 37 femmes Blanches ,Comme Guy Georges bientôt sera libéré de la prison de yzeure dans le 03 ..

Maurice 15/12/2014 10:40

Il faudrait que madame Taubira en prenne note de cela ...Et que pense t'elle ??? Vraiment de vrais agneaux ..