Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Ségolène Royal sur France 3, Valérie Trierweiler dans Voici et un rappeur avec Sarkozy… (par Nicolas Gauthier)

7 Octobre 2014, 07:15am

Publié par Thomas Joly

Certes, les rapports de nos rois et présidents avec la gent féminine, légitime ou irrégulière, ont parfois interféré dans la conduite des affaires de l’État. François Ier fut assez turbulent. Un autre François ne grimpait pas que la Roche de Solutré. Mais la plus élémentaire des honnêtetés intellectuelles amène à dire que le dernier du nom n’est pas exactement à la hauteur des enjeux, surtout quand ces derniers consistent de plus en plus à l’escalade des monts de Vénus qu’à la conduite des affaires régaliennes.

Indépassable dans la maîtrise de la carte électorale, du temps où il officiait en tant que premier secrétaire du PS, c’est dans celle de Tendre que François Hollande fait montre d’un sens de l’orientation digne d’un Rantanplan sous acide.

Car si l’on résume, et ce dans l’ordre, honneur à Ségolène Royal. Qui, ministre de l’Écologie et de l’Énergie, a déclaré ce dimanche, sur France 3, à propos de la politique du père de ses quatre enfants : « Un certain nombre d’erreurs ont été faites, pourquoi le nier, depuis deux ans. » Ça commence bien.

Et ça continue : « On le sait, s’il n’y avait pas eu d’erreurs de faites, on n’en serait pas à cette situation-là. La franchise politique consiste à reconnaître que tout n’a pas été formidable pendant deux ans et donc aujourd’hui, que fait le gouvernement ? Il rectifie un certain nombre de choses, il accélère un certain nombre d’autres chantiers et il apporte des réponses nouvelles. » Voilà qui s’appelle soutenir assez mollement le gouvernement dans lequel elle vient de faire une fracassante entrée, après éviction de Valérie Trierweiler, éphémère Pompadour élyséenne.

Dans la série, si Julie Gayet s’est récemment contentée d’aller « rayonner » au Salon de l’automobile, à en croire le site Internet Pure People – ce qui la changera au moins des histoires de scooters –, au moins ne prépare-t-elle pas de livre vengeur à l’heure où ces lignes sont écrites. Ce qui n’est pas exactement le cas de sa désormais illustre devancière Valérie Trierweiler qui, à en croire cette fois Voici, continuerait à en faire de belles.

L’époque où l’on apprenait les choses de la politique dans Le Monde ou Le Figaro paraît, elle, bien révolue. Après la cause du peuple… celle du people. Ainsi Voici, avec cette une pas fatalement raccord avec la « normal attitude » de François Hollande : « Valérie Trierweiler a mis le feu dans un club gay ! »

Pas n’importe lequel, puisque Banana Café, pas loin des Halles, où était donnée une soirée « ambiance danseuses brésiliennes ». À en croire les photos publiées par l’hebdomadaire à scandale, les « danseuses » auraient plutôt l’air de « danseurs », nonobstant string, paillettes et plumes dans le valseur.

Remarquez, côté Sarkozy, les talonnettes ne volent guère plus haut que les platform boots des drag queens, puisque posant complaisamment, toujours dans Voici, à l’occasion du match PSG-Barça, aux côté du rappeur Jay-Z et de la couineuse de R&B Beyoncé Knowles.

Bref, d’un côté comme de l’autre, la reconquête est en marche.

Source

Commenter cet article