Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Le foot, c’est scientifique : le Noir peut courir moins vite que le Blanc ! (par Nicolas Gauthier)

14 Juillet 2014, 10:50am

Publié par Thomas Joly

Mon Dieu, quel pataquès. Jean-Michel Larqué, ancien complice du défunt Thierry Roland, qui commente, en plein match Argentine/Pays-Bas : « C’est la première fois que je vois un Blanc courir plus vite qu’un Noir. » Il est un fait que le « Blanc » Lavezzi avait pris le « Noir » Indi de vitesse.

D’où ce nouveau psychodrame médiatique dont la France paraît avoir le peu enviable secret. Pourtant, cette même presse a moins joué les coquettes, lorsque saluant le chrono de 9.98 secondes, du sprinter français Christophe Lemaitre, « premier coureur blanc de peau » à être descendu sous les dix secondes dans une course des cent mètres. Voilà qui fut dit, sans la moindre prétention de blesser tel ou tel. Pas un concept ; juste un constat.

Bon, maintenant, comment en finir avec cette hypocrisie ; laquelle renvoie les « Blancs » à leur rôle d’affreux, tandis que les « Noirs » seraient condamnés à celui d’éternelles victimes. Parce que la réalité sportive est aussi rétive aux élégances du politiquement correct. Aux Jeux olympiques, le cent mètres est manifestement l’apanage des Noirs, exception faite de notre Christophe Lemaitre national, évoqué plus avant. Après, puisqu’il faut bien que l’équité ethnique soit de mise, envoyons nos « Blancs » sur un ring catégorie poids lourds contre des « Noirs ». Bonne chance les gars. Pour faire plus vite, autant choisir chez les abonnés au couloir de la mort dans les prisons du Tennessee ou chez les cancéreux en phase terminale ; leur calvaire n’en sera que plus tôt abrégé. Et, pour faire bonne mesure, envoyons aussi ces « Noirs » se mesurer à d’autres « Blancs » en natation ; il faudra des filets pour repêcher les infortunés au fond du bassin…

Dans la foulée, pourquoi ne pas faire de la pédagogie préventive, et tuer la bête immonde dans l’œuf, avant qu’elle ne gangrène le reste de la société ? Et éradiquer toute trace de « négritude » dans notre imaginaire commun ? Et réviser nos classiques cinématographiques, avant tout. Jacob ? Le majordome de La Cage aux folles, pédé comme pas deux et noir comme quatre – sans oublier son petit nom pas vraiment « de chez nous ». Et puis, Michel Audiard, surtout dans ses dialogues du Professionnel, avec notre Bébel national. Principalement lorsque ce dernier, en tête-à-tête avec un potentat africain, lui claque les doigts dans le tiroir de son bureau, alors que le Bokassa de circonstance s’apprêtait à en sortir un flingue. D’où cette fameuse réplique : « Maintenant, on ne pourra plus dire “malin comme un singe”. »

Ces choses dites, il paraîtrait qu’un « Noir » ait pu courir moins vite qu’un « Blanc ». Certes. Et alors ? Et après ? Après, que les racistes de tel ou tel bord en tirent telle ou telle conclusion, c’est leur droit. Il faut bien que les crétins occupent leurs journées.

Source

Commenter cet article