Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

12 milliardaires de plus en France… et le livret A ramené à 1 % ! (par Marie Delarue)

11 Juillet 2014, 07:33am

Publié par Thomas Joly

Les Français, on le sait, sont nuls en économie. Et quand ils ne le sont pas, ils s’en vont voir ailleurs si les affaires y sont meilleures. Coulés dans le moule post-révolutionnaire, façonnés par une Education nationale et des médias très majoritairement anti-capitalistes – souvent anti-patrons tout court –, ils ont même fini par oublier les bases de ce qui servait autrefois à « une gestion de bon père de famille ».

Equilibre recettes-dépenses, dette, intérêts, investissements, charge de la dette, inflation, PIB, PNB… tout ça, pour eux, c’est du chinois. Ce que confirmeraient encore cette année les résultats du bac économique, nombre de candidats ignorant eux aussi en ce printemps 2014 le sens des rudiments qu’on vient d’énoncer.

Du coup, l’information du jour prend une autre valeur… Le magazine Challenges vient de publier son classement annuel des grandes fortunes françaises. On y apprend que notre beau pays compte 67 milliardaires en euros, soit 12 de plus que l’an passé. Cocorico. On est bien content. On se dit aussi que ceux-là n’ont pas dû faire leurs études en France mais sûrement chez nos voisins anglo-saxons. Ou bien qu’ils ont été élevés dans le berceau du grand capital et nourris au lait de la finance qui fait des enfants gâtés (et souvent pourris).

Précisément, la fortune des 500 professionnels les plus riches a progressé de 15 % en un an, atteignant 390 milliards d’euros. Soit 1 % de la population qui détient aujourd’hui 25 % de la richesse nationale, contre 23 % en 1970. En tête, le groupe LVMH « dont l’actionnaire, Bernard Arnault, conforte cette année sa place de première fortune française, à 27 milliards, soit 2,7 milliards de plus que l’an dernier ».

« Ces confortables valorisations ne sont pas seulement dues à la bonne santé des entreprises », nous dit Challenges. C’est plutôt que « pour relancer une machine économique qui tourne au ralenti, les banques centrales ont, depuis quelques années, fait tourner leur planche à billets et prêté à taux nul, ou même négatif. Conséquence : nos économies sont submergées de milliards qui vont s’investir de préférence sur les beaux actifs réels, comme les participations dans les sociétés, cotées ou pas, l’immobilier et… les biens de luxe ». L’hôtellerie, par exemple : « Les riches en sont fous ». Hier, c’est le terroir des grands vignobles qui attirait les capitaux, aujourd’hui c’est l’hôtellerie de luxe. Palace, ô mon palace… des étoiles plein les yeux et 5 au moins sur la porte.

Autre nouvelle, moins propre à allumer des étoiles dans les yeux celle-là : on apprend également aujourd’hui de la bouche de Michel Sapin, notre ministre de l’Economie et des Finances, que le taux du livret A va être ramené à 1 %.
Ben oui, quoi, faudrait quand même pas que la ménagère croie pouvoir se gaver avec un rendement à 1,25 % !

Source

Commenter cet article