Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Ce que l’on sait du lynchage du jeune Rom et ce que l’on préfère ne pas savoir… (par Gabrielle Cluzel)

19 Juin 2014, 08:48am

Publié par Thomas Joly

Un récent article du Monde s’intitule « Ce que l’on sait du lynchage du jeune Rom ». Un titre incomplet. Il aurait fallu poursuivre : «… et ce que l’on préfère ne pas savoir ». Car c’est ce que l’on y lit en filigrane, comme dans bien d’autres journaux ces derniers jours.

Ce que l’on sait, c’est qu’il y a actuellement à l’hôpital un garçon de 16 ans entre la vie et la mort parce qu’il a été tabassé.

Ce que l’on sait, c’est que ce n’était pas tout à fait un garçon « sans histoires », puisqu’il venait de toute évidence de cambrioler un logement dans une cité de Seine-Saint-Denis, et qu’il a donc fait les frais de représailles.

Ce que l’on sait, c’est qu’il était rom, et que pour le gouvernement et toute la gauche réunie, l’occasion était trop belle de montrer du doigt le seul, le vrai, l’unique coupable : la stigmatisation. La stigmatisation qui a montré ses fruits lors des dernières européennes.

Bon, eh bien voilà. La séance est terminée. Rentrez chez vous, braves gens, tout ce que vous deviez savoir, vous le savez ; le reste ne vous regarde pas. Voulez-vous bien cesser de soulever le coin du rideau, pour passer votre tête indiscrète ? Allez, circulez ! Le procureur de Bobigny, Sylvie Moisson, chargée de l’affaire, a évoqué selon Le Monde « des circonstances floues », « refuse de donner des détails », « reste très prudente ».

Pourtant, en choisissant, au plus haut sommet de l’État, de médiatiser ce fait divers, certes terrible, mais presque tragiquement banal dans une France en proie à toutes les violences, on devait bien savoir qu’on s’exposait à en médiatiser aussi tous les développements. Impossible donc de crier pouce, bon-là-ça-me-saoule-on-arrête, et puis d’ailleurs, c’est très flou, mieux vaut ne pas donner de détails, restons donc très prudents…

Ce que l’on préfère ne pas savoir, le procureur nous le livre d’ailleurs un peu naïvement, en croyant pourtant jouer finement : elle parle de « représailles » fondées sur « la rumeur » et d’un acte « pas réductible à un antagonisme entre deux communautés ». « Pas réductible » à ça, soit. Mais nier que ce soit le seul élément, c’est déjà le reconnaître, c’est faire l’aveu qu’il y a bien eu affrontement entre deux communautés. La communauté rom, donc, et puis… la communauté qui fait régner l’ordre, un ordre qu’elle a défini, dans la cité sensible « des Poètes » (sic) de Pierrefitte-sur-Seine. Une communauté au sein de laquelle la rumeur dont parle le procureur se propage très vite. Où est-il donc, ce Papy Mougeot atrabilaire et solitaire, « stigmatisant » sans le savoir comme Monsieur Jourdain fait de la prose, figure de l’électeur « populiste » moyen ? Dans les fantasmes de la gauche, et en tout cas pas dans cette affaire. Car si, d’aventure, il habite encore la cité des Poètes, il s’y fait tout tout petit et y rase les murs.

D’autres, en revanche, ne sont pas du genre à se laisser marcher sur les pieds, ni faire les poches. Comme on l’a déjà vu à Marseille en septembre 2012. L’effrayant spectre « stigmatisation » pétrifie les Français, annihile leur résistance ? Eux s’en battent les cuisses, puisque c’est leur objet, la marionnette qu’on a créée pour eux, qu’ils la rangent dans sa boîte quand ils veulent, et la ressortent à leur convenance. Des années que les Français se grattent la tête, se rongent les ongles, échafaudent, d’un pied sur l’autre, des solutions qui avortent aussi sec pour tenter de venir à bout du « problème rom » ? Eux ne se font pas tant de nœuds au cerveau. La stratégie est basique, cruelle, inhumaine, mais rondement menée.

Source

Commenter cet article

caveriviére 19/06/2014 13:03

a béziers les racailles vont chez les personnes fragiles souvent suivis par des tuteurs ou curateurs ,ces gens la ne parlent pas se font voler ,frapper ,rançonner et quand vous signalez aux amis de couderc le salope de l'ump ,ils sont sourds ,cela se passe et se passait a béziers la ville ou la racaille est un bien pour la democratie ,quelle bande !