Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Bygmalion : un « dérapage »

27 Mai 2014, 07:48am

Publié par Thomas Joly

Le lundi noir de l’UMP s’est achevée par les révélations en cascade dans l’affaire Bygmalion.Dans l’après-midi, l’avocat de la société a affirmé que des factures payées par l’UMP ont servi à financer la campagne de Sárközy. Ce dernier, multipliant les réunions publiques, a explosé les plafonds autorisés, contournés par cette astuce. Pour l’avocat, l’affaire Bygmalion, c’est « l’affaire des comptes de campagne » de Sárközy. L’entreprise a été soumise à « un chantage économique » a-t-il expliqué, évoquant des fausses factures pour 11 millions d’euros.

Philippe Briand, ancien trésorier de la campagne 2012, a nié les faits. C’est pourtant la même version qu’a émis Jérôme Lavrilleux dans la soirée, mettant tacitement en cause Philippe Briand comme le directeur de campagne Guillaume Lambert. Jérôme Lavrilleux, tout juste élu député européen, a reconnu un « dérapage » (sic).

L’actuel directeur de cabinet de Jean-François Copé et ancien directeur de campagne adjoint de Nicolas Sárközy en 2012 a reconnu des manipulations des comptes. Il a confirmé que les dépenses dépassaient largement le plafond autorisé. La direction de la campagne a donc choisi de facturer à l’UMP et non à la campagne de Nicolas Sárközy de nombreuses dépenses.

En 2012 lors d’une précédente crise interne à l’UMP après le vote pour la désignation d’un nouveau président, Jérôme Lavrilleux déclarait : « Nous ne voulions pas mettre sur la place publique les turpitudes délibérées de l’entourage zélé de Monsieur Fillon. »

Source

 

Commenter cet article