Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Pendant ce temps-là, on remanie… en recyclant les débris (par Joris Karl)

4 Avril 2014, 07:11am

Publié par Thomas Joly

Irrémédiable comme l’air qu’on respire. C’est au fond de nos tripes. Nous le savons tous. Nous vivons la fin de l’Empire romain mais il ne faut pas le dire. Garder le sourire absolument, la tête bien haute devant la courbe du chômage. Pourtant, le disque est rayé, la réalité n’avance plus. L’impression d’un compte à rebours. Tout est joué et on regarde l’air de rien. On se dit que les autres payeront plus tard, qu’on profitera des dernières miettes.

Le progrès s’est pris une balle perdue. La navette spatiale est clouée au sol.

Le spectacle continue. De l’acide versé sur nos consciences. Les barbelés crachent, les Bisounours bandent. Les clandestins africains n’arrêtent plus de s’échouer sur nos plages. Leurs vies sont en enfer, alors ils rêvent à moins de flammes. La crise économique suce notre jeunesse avec la gourmandise d’un cancer goulu. Des religions dispersées ici et là pour s’accrocher, des drapeaux imaginaires, des constats d’impuissance en cascade. Le pacifisme diffusé par les haut-parleurs de la pensée unique. La voix de Mathieu Kassovitz lancinante sur France 2 : apocalypse de l’hébétude. « Tous les chefs étaient mauvais »… « Comment les hommes ont-ils pu tenir ? » « Pourquoi se battre ? »

Pendant ce temps-là, on « remanie ». Les mêmes visages arrogants, les mêmes losers au gouvernement. Certains étaient déjà là à l’époque du Minitel triomphant, en 1984. D’autres datent de l’époque d’Hélène et les garçons… On ne recycle plus que des débris.

Tic tac. Chaque élection qui passe voit fondre le pourcentage d’électeurs. En récompense, on bourre toute la populace de sondages et de pourcentages. Le pourcent nourrit sa bête. Les Français tremblent dans leur enclos. On leur dit déjà qu’ils plébiscitent Valls, qu’ils aimeront Juppé. Il n’y a plus le choix. Et puis, le soir, le PSG joue sur Canal.

La fin de l’Empire romain va être longue. Ça va prendre des plombes, à ce foutu rythme. Hollande dissoudra peut-être, l’UMP sera de nouveau aux manettes et, au premier scrutin, se prendra une gamelle mémorable. Et tout continuera pendant des années jusqu’au jour où, de fronts républicains en abstention record, après mille scandales de Panama, après une nouvelle fournée de Cahuzac, une nouvelle giclée de DSK, une nouvelle provoc de Taubira, le pouvoir ne représentera plus que lui-même. D’ici là, les banques nommeront directement la marionnette de l’Élysée. Qui sait. L’anti-France aura la peau du père de Gaulle. Le suffrage universel deviendra objet de musée, les profs diront aux enfants que c’était un truc de facho, vous verrez !

Parallèlement, l’effondrement moral entamé dans les années 60 ira au bout de la logique. C’est une étrange histoire à écrire. Les plus médiocres au sommet, les criminels en liberté, le beau traîné dans la boue, la perversité érigée en modèle et… Montebourg ministre de l’Économie. Pourquoi pas Cyril Hanouna à la Culture ? Finissons-en, c’est trop long !

Source

Commenter cet article