Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

La dictature socialiste interdit aux patriotes de manifester contre la submersion migratoire à Calais

11 Avril 2014, 15:54pm

Publié par Thomas Joly

Communiqué de presse

Une nouvelle fois, après l’interdiction de la manifestation intitulée « la révolte des souchiens » à Lyon en juin 2012, d’une autre à Paris en septembre de la même année, de la manifestation du Parti de la France à Amiens contre la colonisation migratoire et l’islamisation de la France le 16 novembre dernier, voici que les autorités préfectorales interdisent la manifestation organisée par le collectif Sauvons Calais visant à dénoncer l’immigration massive et l’insécurité qui en découle.

Il apparaît désormais clairement que l’engeance socialiste au pouvoir a décidé d’empêcher toute saine réaction identitaire des Français qui désirent descendre dans la rue pour protester contre l’insupportable invasion de notre Nation.

La décision du préfet Robin est totalement partisane et typique des petits kapos xénophiles de la pensée unique puisqu’il prétend que « l'objet même de la manifestation peut être perçu comme une provocation » à l’égard des clandestins et de la racaille d’extrême-gauche et que « l'expression de la violence et de la haine n'est pas une solution pour Calais » ; les clandestins, les squats crasseux, les nuisances, les agressions constituant sûrement une « violence » acceptable pour les Calaisiens selon le laquais de Monsieur Valls.

Les défenseurs de la France française n’ont pas l’intention d’abandonner les Calaisiens à leur sort et entreprendront de nouvelles actions militantes très prochainement malgré les interdictions totalitaires des rassemblements de résistance populaire et les dissolutions iniques de mouvements nationalistes par l’État socialiste.

Alexandre Gabriac, Conseiller régional, Fondateur des Jeunesses Nationalistes

Thomas Joly, secrétaire général du Parti de la France

Kévin Rêche, responsable de Sauvons Calais

Yvan Benedetti, Conseiller municipal de Vénissieux

Commenter cet article