Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog politique de Thomas JOLY

Kiev

27 Février 2014, 09:44am

Publié par Thomas Joly

Je ne sais pas qui a raison et qui a tort, qui est l'adversaire et qui deviendra l'ennemi, quels sont les intérêts des uns et les projets des autres, qui finira par remporter la mise et qui sera le plus habile et le plus machiavélique dans le grand jeu géopolitique, sur quels désastres ou sur quels crimes déboucheront ces journées de tumulte...

Mais ce que je sais c'est que ce gamin au visage barbouillé de suie, juché sur une barricade un cocktail molotov à la main, il n'a pas reçu de chèque de la CIA, il n'aspire pas à un téléviseur géant à écran plat ou à des vacances au Club Med de Saint-Domingue... Il est là pour une idée, pour un espoir, pour un souffle, pour un rêve... Il est là parce qu'il n'est pas un bourgeois frileux, un fin calculateur, un épicier prudent et roué ou un génie de la prospective de salon... Il n'a pas de plan de carrière ni d'épargne... Les mots de nation, de patrie, de devoir et de sacrifice ne sont pas pour lui des slogans surannés et un peu ridicules mais des réalités charnelles qui l'exposent aux coups, à la prison et aux tirs de kalachnikov... En bref, il est là parce qu'il est vivant, brûlant de jeunesse et d'envie de combattre, et, par là, il s'élève très au dessus des peuples aux trois quarts morts sous le poids de leur confort et de leur intellectualisme repus et rigolard... Vainqueur ou vaincu, trahi ou manipulé, il est un héros, une figure sacrée, une preuve vibrante et flamboyante que rien n'est fini, que rien n'est perdu, que tout est ouvert, tout est possible...

Et ce gamin, tout comme ses frères, je ne peux que l'admirer et l'honorer. Au-delà de toutes autres considérations. Parce qu'il est de sang et de sève quand tant d'autres ne sont plus que d'encre et de papier. Parce qu'il est debout quand tant d'autres sont couchés. Parce qu'il est courageux et fou quand tant d'autres sont lâches et raisonnables.

Peut-être – sans doute- est-ce là du romantisme. Mais ce romantisme là, au contraire de tous ses ersatz mièvres et sirupeux, je l'admets et l'assume, je le hurle même de toute mon âme et à pleins poumons car il est le sel de la vie, le ferment de l'espérance.

Honneur aux enfants de Kiev comme à ceux de Prague, Budapest et Tian'anmen !

Source

Commenter cet article